L’endométriose, peu connue mais moins rare qu’il parait

Description de la maladie de l’endométriose

On ne connait certainement pas la maladie de l’endométriose pourtant cela existe et elle est mortelle paraît-il. Comment se présente-t-elle et qui sont susceptibles d’être touchés ? Telles sont les questions qui sont toujours posées par les soucieux de leur santé. L’endométriose touche surtout les femmes, elle est difficile à définir et se manifeste différemment d’une femme à une autre. D’après des informations reçues, l’endométriose provient d’une transplantation cellulaire d’endométries par les trompes, soit par les voies lymphatiques, soit encore par les voies vasculaires, mais l’endométriose est aussi perçue notamment chez les femmes ayant subi l’opération de césarienne lors de leur accouchement, les femmes qui sont en ménopause, ou encore qui ont été opérées par ovariectomie. Les douleurs sont sévères, et même insupportables, les femmes qui sont concernées par cette maladie méconnue se plaignent et n’arrivent plus à se contrôler quelques fois quand les douleurs sont trop fortes.

Comment traiter la maladie de l’endométriose ?

Il existe un traitement à la maladie de l’endométriose. Commençant par des douleurs pelviennes, les femmes qui présentent une telle sensation doivent alerter immédiatement. Le traitement de l’endométriose doit commencer par un diagnostic approfondi, d’où d’abord la nécessité d’un examen gynécologique qui consiste en une échographie déterminant la présence d’endométriomes. Une fois cette étape effectuée, le sujet est passible de passer à une coelioscopie qui permet d’enlever une endométriome. En ce qui concerne par la suite le traitement proprement dit de l’endométriose, il est prescrit en général un traitement hormonal qui se présente par des médicaments anti-œstrogènes, soit un traitement d’anti-inflammatoire stéroïdien. La plupart du temps, le traitement de l’endométriose va arrêter le cycle des femmes concernées, mais ce dernier devrait reprendre normalement au bout de deux à trois mois suivant l’arrêt du traitement de la maladie.